· 

SIENNE et ses incontournables

Sienne, la rivale de Florence. Sienne, la fière. Sienne, la beauté rebelle

Sienne s’est construite depuis le Moyen-Age sur son caractère rebelle et conquérant. Bâtie sur 3 collines, elle se dresse fièrement sur la campagne toscane et jouit d’une position dominante qui attirera de riches familles qui contribueront à son développement stratégique et commercial.

 

Je me suis passionnée pour cette ville étonnante et j’ai essayé d’en connaître davantage sur son histoire afin de mieux comprendre son architecture et de rendre la balade plus intéressante et instructive. Je vous en donne quelques fragments.

 

Panorama de la ville de Sienne

Un poco di storia

 

1. Les « castellari » :

 

La plupart des bourgs médiévaux de Toscane sont construits sur le même schéma défensif, à savoir un bourg édifié sur un poggio (colline) entouré de remparts, avec des tours pour surveiller les alentours et des portes pour contrôler l’entrée dans la ville. Sienne ne déroge pas à la règle et possède une identité culturelle forte issue des « contrade ».  L’histoire commencera par des guerres entre clans au sein même de la cité.

Intacte depuis le Moyen-Age, l’architecture de Sienne témoigne d’une mentalité de belligérants prêts à tout pour résider en maître sur la ville. C’est ainsi que se forment des quartiers bien séparés les uns des autres par des portes et des palais urbains, les castellari, appartenant à des familles de nobles venus à Sienne pour s’enrichir grâce notamment au commerce de la banque. Les castellari se repèrent facilement grâce à leur haute tour carrée d’où l’on pouvait surveiller toutes les rues avoisinantes et donc contrôler le passage et le commerce. De nombreuses querelles éclataient entre quartiers, engendrant des pillages, des incendies et des massacres qui ruinaient les familles les plus faibles. Ainsi sont nées les « contrades », sorte de cités-états dans la ville.

 

2. Les « contrade » :

 

C’est au 13ème siècle que la ville prend son vrai visage avec la formation de regroupements de familles au sein d’un quartier qui donnera  naissance aux « contrade », mot italien qui désigne le faubourg ou le quartier.  La ville est divisée en 17 « contrada ». Chaque « contrada » avait son armée, son église, sa porte et sa tour. L’une rivalisait avec l’autre, menant ainsi à des guerres intestines, notamment entre guelfes (partisans du pape) et gibelins (partisan de l’empereur). Ce qui finit par rassembler les Siennois, c’est la rivalité de Sienne avec la ville de Florence. Les Siennois construisent la cathédrale dédiée à la Vierge comme point de ralliement pour se rassembler dans la prière avant chaque bataille contre Florence. Un symbole fort qui perdurera au travers des siècles comme une célébration à la victoire de Montaperti contre Florence. Les « contrade » auront développé au cours des siècles suivants une véritable identité culturelle qui demeure encore aujourd’hui très forte. Chaque famille appartient à une « contrada » et chaque Siennois défendra tout au long de sa vie les couleurs et le blason de sa « contrada », de son baptême jusqu’à sa mort.

 

3. Vers une nouvelle ère :

 

A la fin du 13ème siècle le gouvernement des Neuf formé par les bourgeois (des marchands et des banquiers) qui contrôlait la ville tente d’apaiser les haines et  décide de reconstruire la ville autour d’un lieu central qui deviendra la Piazza del Campo .  La place est redessinée dans une harmonie esthétique. Le bien-être de la communauté est désormais au centre des préoccupations. Pour le démontrer le gouvernement commande une œuvre importante datant de 1337 à Lorenzetti qui représente le bon et le mauvais gouvernement. Une fresque qui devient le symbole d’un renouveau politique qui s’officialisera au 15ème siècle avec la Renaissance.

 

Piazza de Campo et Palazo Publico avec sa superbe tour

Foot trip dans la ville ocre

Ce qui fait le charme original de Sienne, c’est assurément la couleur de ses briques. Tous les bâtiments sont construits avec une brique rouge ocre qui illumine la ville, même si par endroit elle vire plutôt au gris. Presque toutes les ruelles sont piétonnes sans trottoir. Il y règne une ambiance médiévale avec ses résidences fortifiées (les castellare) qui se sont développées dès le 12ème siècle à proximité de l’ancienne via Francigena, une voie importante qui menait les pélerins de France vers Rome. Elle est bordée aujourd’hui de nombreux commerces et restaurants qui accueillent les touristes (via Banchi di Sotto vers la via di Pantanetto).  Mais l’attrait majeur demeure bien sûr la Piazza del Campo, le point central qui rassemble tous les Siennois et les touristes.  Nous partons à la découverte de son quartier.

 

La piazza del Campo

Tous les chemins mènent à la Piazza del Campo…. C’est  là que débute notre foot trip à Sienne. Lieu mythique pour tous les Siennois, ici se déroule deux fois par an, le Palio, une course de chevaux apparue au 17ème siècle, durant laquelle chaque contrada défend ses couleurs avec un seul objectif, celui de gagner la course. C’est une véritable compétition entre les habitants de chaque quartier.

 

La Piazza del Campo était à l’origine un « campo », un champ devenu place du marché. Légèrement en pente et en forme de coquillage, la place est bordée de maisons médiévales et de beaux palais dont l’architecture révèle le talent des artistes siennois. Son pavement est divisé en 9 sections, chiffre faisant référence au conseil des Neuf qui siège au Palais communal, le Palazzo Publico.  Le Palazzo Publico (1297-1310), de style gothique siennois,  avec sa magnifique tour, la Torre del Mangia, est aujourd’hui en partie un musée où l’on peut admirer des chefs d’œuvre des grands peintres italiens de la Renaissance. C’est là que  se trouve la fresque de Lorenzetti, Allégorie du Bon et du Mauvais Gouvernement.  La visite de ce musée est incontournable. La Torre del Mangia (tour du mange-gains), du nom de son 1er sonneur qui dépensait tout son argent pour la nourriture, vaut le détour pour la vue sur la ville (400 marches environ). Construite entre 1325 et 1344 entièrement en briques à l’exception du clocher en travertin blanc, elle culmine à 102 mètres pour atteindre, dit-on, la hauteur du duomo comme symbole d’égalité entre l’Etat et l’Eglise. Au bas de la tour se trouve une loggia en marbre dédiée à la Vierge par les survivants de la peste noire en 1352.

 

Au centre de la place, la fontaine Gaia (la fontaine joyeuse) rafraîchit les touristes. Tout en marbre elle a été décorée par l’artiste Jacopo della Quercia en 1419 dont les panneaux originaux sont conservés au musée  de l’hôpital Santa Maria della Scala. 

Sur le Campo, vous ne manquerez pas de remarquer le palazzo Sansedoni, l’un des plus beaux palais du 13ème siècle avec ses légères fenêtres à colonnettes. Il abrite aujourd’hui la fondation de la banque Monte dei Paschi di Siena.

 

Nous quittons la piazza del Campo pour explorer le quartier situé aux alentours : les palais, les castellare, les ruelles moyenâgeuses. Nous empruntons la via di Citta, une artère principale de la ville qui, au niveau  de la loge des marchands, se divise en 2 et porte le nom de Banchi di Sopra pour celle qui s’étend vers le haut et Banchi di Sotto pour celle qui s’étend vers le bas de la place. Nous choisissons de prendre d’abord la Banchi di Sopra pour ensuite redescendre vers la Banchi di Sotto.

 

Autour de la piazza del Campo

  • 1ère étape : La loggia della Mercanzia, la loge des marchands était l’ancien tribunal de commerce et lieu de négociation entre marchands.
  • 2ème étape : Le palais Tolomei,  la plus ancienne demeure familiale construite par une riche famille de banquiers en 1275, les Tolomei. Architecture typique de la Renaissance : les fenêtres aux arcs trilobés reposent sur des corniches marcapiano, typiques des résidences florentines. Aujourd’hui le palais abrite une banque. Sur la piazza Tolomei, nous prenons un petit passage qui mène à un joli cloître roman.
  • 3ème étape : Nous faisons un saut de 200 m jusqu’à la place Salimbeni qui vaut vraiment le détour. La place est bordée de 3 bâtiments majestueux dont le le palazzo Salimbeni  de style gothique au centre (construit en 1471 par un riche marchand), le palazzo Tantucci (à gauche) et le Palazzo Spannocchi (à droite) de style Renaissance. C’est ici maintenant le siège de la plus ancienne banque d’Italie fondée en 1472, le Monte dei Paschi.

Nous revenons sur nos pas, reprenons la via Cecco Angiolieri et nous arrêtons au N°26 au Museo Contrada Priora della Civetta, le musée qui retrace l’histoire des contrade, si chers aux Siennois  (http://www.contradadellacivetta.it/) et dont les murs appartiennent au Castellare de la famille Ugurgieri.  Nous prenons à gauche la vicolo castellare et nous arrêtons au N°3 au castellare.

  • 4ème étape : Castellare degli Ugurgieri. C’est l’exemple type des résidences fortifiées qui façonnèrent le visage de Sienne au 13ème siècle avec une façade haute et austère et des ouvertures gothiques. On remarque la porte fortifiée attenante aux remparts, surveillée à l’époque par les seigneurs du haut de leur résidence. Le lieu est stratégique proche de l’ancienne Via Francigena devenue aujourd’hui en partie la via Banchi di Sotto que nous rejoignons.
  • 5ème étape : la loggia del papa, offerte par le pape Pie II en 1462 : les loggias avaient un rôle social important dans la cité car elles servaient de tribune lors de réunions de quartier ou de lieu festif pour des fêtes populaires, des mariages, des baptêmes. Juste un peu plus loin, nous admirons la fontaine baroque di Pantaneto. La fontaine est un élément important dans le paysage urbain de Sienne qui en compte des dizaines.

Nous passons devant le Palais Piccolomini, principale résidence de la famille du pape Pie II, la famille Piccolomini, et construit en 1469 dans un style Renaissance typique des palais florentins avec plusieurs étages séparés par des corniches marcapiano et des fenêtres géminées. 

A voir également dans le même style : le Palais des Papesses, construit par une sœur du pape, et situé de l’autre côté du Campo, près du Dôme.

 

  • 6ème étape : Piazza del Mercato (place du marché) : au Moyen-Age, c’était là que se déroulait la foire aux bestiaux. Aujourd’hui elle offre une belle vue sur la campagne

C’est ici que se termine notre balade autour de la Piazza del Campo.  Il est temps de se désaltérer et nous remontons vers la piazza del campo. Même si l’endroit demeure très touristique, y prendre un verre en regardant toute cette beauté architecturale reste un moment magique.

 

"La louve, symbole de Sienne"

 

Nous reprenons notre foot trip et continuons vers la cathédrale en remontant par la via di Citta qui nous mène presque directement sur la piazza del Duomo. Nous faisons un petit arrêt sur la piazza di postierla où se trouve une colonne surmontée de la louve, le symbole créateur de la cité. Selon la légende, Sienne aurait en effet été fondée par les fils de Rémus qui fuyèrent Rome après l’assassinat de leur père par Romulus. Ils emportèrent avec eux la louve qui avaient nourri leur père et en firent le symbole et emblème de la ville de Sienne, dont le nom est issu de celui d’un des 2 fils, Senius. On retrouve cet emblème un peu partout dans la ville.

Le Duomo et son quartier

A la vue de ce magnifique édifice, on retiendra 3 éléments majeurs : la façade, le pavement intérieur et le campanile.

1. La façade : La façade actuelle de la cathédrale remonte au 13ème siècle et a été construite dans un style gothique italien en marbre blanc, vert et rose. Les éléments caractéristiques que l’on remarque d’emblée sont : 

- la porte centrale en bronze et les 2 portails en bois

- la décoration chargée faite de statues, motifs végétaux et animaux allégoriques

- les 3 mosaïques dorées au sommet de l’édifice

2. Le pavement intérieur : L’intérieur de la cathédrale est célèbre pour son pavement de 3000 m² en marbre blanc et vert représentant des scènes bibliques. 

3. Le campanile : datant de 1313 et haut de 77 mètres, il est construit dans un style roman en marbre blanc et vert foncé. A remarquer que les fenêtres superposées sont de plus en plus larges vers le sommet.

 

Si vous avez le temps, il faut visiter le  musée du dôme (le Museo dell'Opera Metropolitana del Duomo), et le Complexe muséal Santa Maria della Scala

 

A voir également à proximité de la cathédrale : Le baptistère San Giovanni, le palais Chigi Saracini (au passage le palazzo del Magnifico et la piazzetta Luigi Bonelli).

 

Ces suggestions de visite font partie des incontournables de Sienne. Mais il reste tant à découvrir. Il faut prendre le temps de se perdre dans les ruelles où le linge pend aux fenêtres, où les enfants jouent au ballon et où les anciens se rassemblent sur de petites places secrètes. Ce sera probablement l’objet d’un autre article prochainement.

 

Quelques conseils pratiques

  • Parking : 

Le parking à l’intérieur des remparts est réservé aux riverains.  Nous avons choisi le parking  Santa Caterina près de la porte di Fontebranda car il est très proche du centre et d’un escalator.

  • Billet groupé pour visiter Sienne

Un pass pour visiter le site de la cathédrale et ses musées

Heures d’ouverture du palazzo Publico 

  • Restaurants :

Nous avons dîné à l’Osteria del Gusto (via dei Fusari) : des antipasti et des pici al funghi. C’était délicieux.

Autres adresses : Osteria degli Svitati (Via della Galluzza, 34), Antica Salumeria Salvini (charcuterie et fromage à déguster sur place ou à emporter), la Sosta di Violante Osteria.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0